Le marché du bâtiment : chiffres clés et perspectives d’évolution

Temps de lecture : 3 minutes

Si le bâtiment et les travaux publics représentent 13% du marché du bâtiment, il ne fait pas cavalier seul. Deux secteurs d’activité connexes le complètent : celui de l’artisanat (plombiers, plaquistes, maçons…), représentant 60% du marché, et les constructeurs et promoteurs immobiliers, détenant 24% du marché du bâtiment.

42 milliards pour le logement neuf, 27 dans le neuf hors logement, 46 pour l’amélioration et l’entretien de l’habitat, 33 pour l’amélioration et l’entretien hors habitat… Au total, le marché du bâtiment a réalisé, pour l’année 2019 – année de référence – un chiffre d’affaires total de 148 milliards d’euros.

Tous les chiffres clés et perspectives d’évolution d’un marché en grande évolution en 2021.

I. Le marché du bâtiment : un marché fortement impacté par la crise sanitaire

Quelques chiffres

Emploi et perspectives

Focus sur les régions

II. Le marché du bâtiment face au défi de la hausse des prix des matériaux

Vous souhaitez que votre article apparaisse sur Le Hab ? Ecrivez-nous à contact@emploi-habitat.fr

I. Le marché du bâtiment : un marché fortement impacté par la crise sanitaire

Dans le bâtiment, il y a 2019… et l’après. L’année 2020 et son confinement strict de mars ayant très fortement impacté l’activité nationale, les chantiers se sont mis à l’arrêt plusieurs mois.

Aujourd’hui, au second trimestre 2022, l’activité a bien sûr repris. L’artisanat a retrouvé son attractivité d’antan, affichant une forte hausse de +37% par rapport à la même période, en 2021.

Le bâtiment a ainsi su s’adapter et mettre en œuvre des solutions lui permettant, non seulement de poursuivre son activité, mais aussi d’absorber des demandes supplémentaires.

Leader dans le domaine de l’entretien et de la rénovation, les entreprises artisanales sont parvenues à renforcer le climat de confiance qu’elles avaient initié avec leurs clients. Leur image et leur crédibilité s’en sont ainsi trouvées optimisées.

Quelques chiffres…

Dans le logement neuf (collectif et individuel), même large sourire. L’évolution avoisinant les 9% pour chacun des secteurs.

Dans l’ancien, l’entretien et la rénovation enregistrent des performances records : +42% en comparaison avec le premier trimestre 2020. Même chiffre pour les travaux de performance énergétique des logements, après un chute de -27% au deuxième trimestre 2020. Dans ce domaine, il semble que la hausse de la demande des particuliers explique ces résultats inédits.

Emploi et perspectives…

L’emploi traduit nécessairement ce regain d’intérêt pour le secteur du bâtiment dans son ensemble. Ainsi, 18% des entreprises artisanales ont déclaré chercher à recruter au premier semestre 2021, et 14% d’entre elles sont parvenues à satisfaire leurs besoins en main-d’œuvre qualifiée.

À noter que ces mêmes entreprises étaient seulement 4% à vouloir recruter en 2020.

Toutefois, et même si nous ne sommes pas à proprement parler dans une période de pénurie de compétences, la main d’œuvre qualifiée se raréfie. Au point d’inquiéter certains chefs d’entreprises qui se reconnaissent soucieux pour leurs recrutements futurs.

Plus que jamais, les compétences techniques sont donc recherchées par les entreprises artisanales du bâtiment en 2022.

Focus sur les régions…

Globalement, la tendance haussière de l’activité, tous secteurs confondus, concerne la majorité des régions. Comptez une augmentation comprise entre 32% et 40%. Dans le peloton de tête, figurent les régions des Hauts-de-France et de l’Occitanie, avec +40% d’augmentation.

Les talonnent la Bourgogne et la Franche-Comté, avec +39%. Enfin la Bretagne et l’Auvergne-Rhône-Alpes, avec +38%. Seule la région PACA affiche une augmentation moyenne de +32%, légèrement en retrait par rapport à la demande nationale (+37%).

II. Le marché du bâtiment face au défi de la hausse des prix des matériaux

2022 marque aussi la hausse du prix des matières premières (acier, zinc, bois, cuivre…).

Par ailleurs, les entreprises du bâtiment doivent faire face à d’importants problème d’approvisionnement. C’est en particulièrement vrai pour la filière bois, mais aussi métallique, ainsi que sur le marché de certains composants électriques. Ainsi, 76 % des entreprises artisanales du BTP déclarent avoir déjà subi la hausse du prix des matériaux. Et 57 % de ces mêmes structures ont déjà été confrontées à des ruptures d’approvisionnement.

 Pour autant, ces dernières ont pour l’instant décidé de ne pas répercuter ces hausses de matières premières sur leurs prix de vente. Mais cette situation, si elle devait perdurer, ne serait pas sans compromettre, à moyen terme, leur rentabilité.

C’est pourquoi la CAPEB, Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, syndicat patronal représentant l’artisanat du bâtiment, a dressé une série de propositions présentées au Gouvernement.

Parmi elles, citons, entre autres, la stabilité des aides publiques, destinées à garantir la pérennité de la demande des particuliers. L’élargissement de la TVA à 5,5 % à l’ensemble des travaux de rénovation complète ces demandes dans un contexte, certes, favorable, mais non sans poser certains questionnements pour l’avenir.

  • Partager cette publication

Laissez un commentaire

0
    0
    Panier
    Votre panier est videRetour à la boutique